Message à l'attention des lecteurs-rices.

Bienvenue :-)

Le Blog-notes Permaforêt.blogspot.com m'aide à rassembler mes idées, observations, lectures et réflexions ... Depuis 2010, beaucoup de chemin parcouru. Cette base de travail est maintenant synthétisée, actualisée, corrigée et retravaillée pour le livre "Cultiver avec le Vivant", date de mise en ligne depuis hiver 2018, et remplace petit à petit le blog.

Les publications ont vocation a inspirer celles et ceux qui le souhaite, et non a servir de référence scientifique. Merci pour votre tolérance et votre bienveillance.

Natacha.

29 mars 2018

BIOTOPES 2018

LES BIOTOPES A L'ETUDE EN 2018


LES BIOTOPES DE PRINTEMPS

L'Oseille sanguine

Le Houblon ( turion/asperge)

Le Groseillier à maquereau
La Violette
L'Origan

LE SUIVI DES BIOTOPES

L'Ail
Le Safran

La Fraise des bois

















7 mars 2018

Des nouvelles de Permaforêt

Bonjour à toutes et à tous,



Les plantations


Le Printemps s'annonce, les bourgeons de prunelliers, d'aubépines et de poiriers sont déjà gonflés. Heureusement, un refroidissement mi février a calmé le jeu. Le Printemps s'annonce comme un printemps, très propice aux floraisons de prunelliers, merisiers, pommiers, aubépines etc... Pour la fructification, cela dépendra du gel tardif ou pas.

Cet hiver, nous avons planté une 70 aine d'arbres fruitiers dans les écosystèmes d'accueil : des pêchers, nectarines, brugnons, amandiers, poiriers, nashis, cerisiers, néfliers... qui viennent compléter les 300 arbres de l'année dernière et ceux de la forêt... bref, on ne les compte plus, on les plante. La majorité des arbres de variétés domestiques replantés en forêt depuis 3 ans se sont bien implantés. Certains ont gelés, les francs reprennent alors du porte greffe. Le plus dommageable est sans conteste la sécheresse d'août et le gel de mai. Le choix du porte greffe sur franc est indispensable, les autres meurent évidemment. Disons que les pertes sont de l'ordre de 5 %. Je ne suis toujours pas réconcilier avec la greffe... qui n'a que des inconvénients en forêt jardin; la greffe sur jeunes sauvageons à la rigueur... le marcottage, le repiquage ou le semis ok;  et surtout : la levée de dormance spontanée est bien plus pertinente.

Les aménagements des petites retenues d'humus en branchages porte leur fruit. Wahou, je suis étonnamment surprise de la qualité du sol en seulement 2 ans!! Il y a de l'argile, de la capillarité et le sol c'est du beurre jusqu'en profondeur. Cet hiver j'ai planté les arbres fruitiers comme des petits pains. 

L'itinéraire d'aménagement-plantation dans les biotopes forestiers s'affine, ainsi que la distribution d'eau par les haies de branches/mousses/humus/lichens/champi... Je le partagerai en détail au mois de Mai dans l'Atelier Régénération du Sol.

21 déc. 2017

7 nov. 2017

Le biotope de l'Ail

LE BIOTOPE DE L'AIL

RESUME

L'ail des vignes, allium vineale, s'associent à 2396 plantes compagnes potentielles et l'ail des jardins, allium oleraceum, à 1725 plantes compagnes. Sa plante totem est l'achillée millefeuille.

L'ail est un légume aromatique champêtre. C'est un milieu odorant et accueillant pour les insectes mellifères et graminicoles. Les plantes aromatiques sont présentes partout dans le biotope : couvre sol, racines, rhizomes, tiges, feuilles, fleurs, graines, bulbilles... On retrouve des essences de thymol, lineol, *********** , coumarine . 

L'ail à proprement parlé contient des composés soufrés, comme les brassicacées, les renoncules et les seneçons, souvent aux principes actifs allélopatiques ou toxiques, notamment pour les vers, les nématodes, les rongeurs et les herbivores, voir pour les autres plantes. Ces principes actifs pris isolément peuvent être allépopathiques. C'est pour ça que les plantes adoucissantes, apaisantes, mucilagineuses et gélatineuses font partie des plantes compagnes. La synergie s'opère grâce à la complexité de la biodiversité. 

Ces plantes calmantes, cicatrisantes, mucilagineuses, antihistaminiques jouent un rôle essentiel dans l'écosystème de l'ail,  aussi bien pour préserver les plantes des conditions arides et des uvs en été que pour adoucir les principes actifs de l'ail, qui peuvent être allélopathiques pour les autres plantes sensibles, ou les protéger contre les vers des mouches chez les légumes racines. Ensemble, tous ces principes actifs créent une synergie favorable à l'ensemble des plantes.

Le biotope de l'ail est propice à la culture d'aromates comme l’achillée mille feuille, l'origan, le thym serpolet, l'armoise, le millepertuis perforé, de céréales de la famille du fromental et des avoines en association avec des vesces, de légumes racines aromatiques comme la carotte, le salsifis, la chicorée en association avec des trèfles roses et/ou blanc, le lotier corniculé et la luzerne lupuline. 

Les fabacées qui fixent l'azote dans ces milieux arides sont les vesces, notamment la vesce cultivée, le lotier corniculé, le trèfle rose et la luzerne lupuline.

L'ail s'associent à beaucoup d'autres plantes compagnes sous réserve d'être associé à des plantes calmantes, apaisantes, comme le plantain lancéolé, sa plus fidèle plante compagne. 

L'ail pousse en abondance parmi les achilées millefeuille, le fromental et la vesce cultivée. Localement, à Uchon, on le trouve parmi les achilées millefeuille, les origans, les salsfisis, les carottes, les oseilles, les poiriers, les merisiers. On le trouve souvent avec un liseron dont sa tige floral est le support. 

Cultiver avec la sécheresse, les plantes aromatiques, les ombellifères, les mouches, les abeilles, les fourmis, les crickets, les Gloméromycètes.
*
>>> Consulter le projet du livre en ligne "Cultiver avec le Vivant".

Inflorescence d'ail des vignes, fleur et bulbilles.

21 sept. 2017

Le Palais Mental des Écureuils

L'Ecureuil, le mnémoniste de la forêt.

photo à voir sur http://ecureuils.mnhn.fr/

Tous les animaux de la forêt multiplient, sèment et cultivent leurs ressources alimentaires dans leur territoire.

Les Écureuils, les Mulots, Les Mésanges, Les Corbeaux et les Geais m'ont appris à préparer, stocker, casser et semer les noix des bois.

Les Écureuils prennent soin des arbres à noix. Ils se déplacent dans un itinéraire circulaire, de branche en branche, entre 3 et 5 m au dessus du sol. Chaque écureuil a son cercle de prédilection qu'il revisite tous les ans et connaît par cœur.

A la fin de l'été, ils visitent quotidiennement les arbres à noix, notamment les noisetiers et les noyers. En Août, ils sous-pèsent les noix vertes et retirent les noix véreuses, moisies ou creuses de l'arbre, au poids et au son, et peut-être à l'odeur.

L’écureuil commence une première récolte de noix vertes fin août, puis une seconde en septembre. Il cale entre ses dents les noix vertes attachées par deux.
Il affectionne aussi les glands de chêne, les faines de hêtres, les samares de charme et d'érable, les châtaignes, les pignons et les champignons.

En Septembre, la récolte donne lieu à des aller-retours incessants dans la canopée, des danses mathématiques au sol, des cachettes pérennes dans les troncs creux, les nids, les terriers et sous les rochers. Une fois les coques ouvertes sur l'arbre, environ fin septembre, il mange les noix mûres sur place, seul ou en duo, et se cache si nécessaire dans le lierre sur le tronc.