21 déc. 2017

7 nov. 2017

Le biotope de l'Ail

LE BIOTOPE DE L'AIL

RESUME

L'ail des vignes, allium vineale, s'associent à 2396 plantes compagnes potentielles et l'ail des jardins, allium oleraceum, à 1725 plantes compagnes. Sa plante totem est l'achillée millefeuille.

L'ail est un légume aromatique champêtre. C'est un milieu odorant et accueillant pour les insectes mellifères et graminicoles. Les plantes aromatiques sont présentes partout dans le biotope : couvre sol, racines, rhizomes, tiges, feuilles, fleurs, graines, bulbilles... On retrouve des essences de thymol, lineol, *********** , coumarine . 

L'ail à proprement parlé contient des composés soufrés, comme les brassicacées, les renoncules et les seneçons, souvent aux principes actifs allélopatiques ou toxiques, notamment pour les vers, les nématodes, les rongeurs et les herbivores, voir pour les autres plantes. Ces principes actifs pris isolément peuvent être allépopathiques. C'est pour ça que les plantes adoucissantes, apaisantes, mucilagineuses et gélatineuses font partie des plantes compagnes. La synergie s'opère grâce à la complexité de la biodiversité. 

Ces plantes calmantes, cicatrisantes, mucilagineuses, antihistaminiques jouent un rôle essentiel dans l'écosystème de l'ail,  aussi bien pour préserver les plantes des conditions arides et des uvs en été que pour adoucir les principes actifs de l'ail, qui peuvent être allélopathiques pour les autres plantes sensibles, ou les protéger contre les vers des mouches chez les légumes racines. Ensemble, tous ces principes actifs créent une synergie favorable à l'ensemble des plantes.

Le biotope de l'ail est propice à la culture d'aromates comme l’achillée mille feuille, l'origan, le thym serpolet, l'armoise, le millepertuis perforé, de céréales de la famille du fromental et des avoines en association avec des vesces, de légumes racines aromatiques comme la carotte, le salsifis, la chicorée en association avec des trèfles roses et/ou blanc, le lotier corniculé et la luzerne lupuline. 

Les fabacées qui fixent l'azote dans ces milieux arides sont les vesces, notamment la vesce cultivée, le lotier corniculé, le trèfle rose et la luzerne lupuline.

L'ail s'associent à beaucoup d'autres plantes compagnes sous réserve d'être associé à des plantes calmantes, apaisantes, comme le plantain lancéolé, sa plus fidèle plante compagne. 

L'ail pousse en abondance parmi les achilées millefeuille, le fromental et la vesce cultivée. Localement, à Uchon, on le trouve parmi les achilées millefeuille, les origans, les salsfisis, les carottes, les oseilles, les poiriers, les merisiers. On le trouve souvent avec un liseron dont sa tige floral est le support. 

Cultiver avec la sécheresse, les plantes aromatiques, les ombellifères, les mouches, les abeilles, les fourmis, les crickets, les Gloméromycètes.
*
>>> Consulter le projet du livre en ligne "Cultiver avec le Vivant".

Inflorescence d'ail des vignes, fleur et bulbilles.

21 sept. 2017

Le Palais Mental des Écureuils

L'Ecureuil, le mnémoniste de la forêt.

photo à voir sur http://ecureuils.mnhn.fr/

Tous les animaux de la forêt multiplient, sèment et cultivent leurs ressources alimentaires dans leur territoire.

Les Écureuils, les Mulots, Les Mésanges, Les Corbeaux et les Geais m'ont appris à préparer, stocker, casser et semer les noix des bois.

Les Écureuils prennent soin des arbres à noix. Ils se déplacent dans un itinéraire circulaire, de branche en branche, entre 3 et 5 m au dessus du sol. Chaque écureuil a son cercle de prédilection qu'il revisite tous les ans et connaît par cœur.

A la fin de l'été, ils visitent quotidiennement les arbres à noix, notamment les noisetiers et les noyers. En Août, ils sous-pèsent les noix vertes et retirent les noix véreuses, moisies ou creuses de l'arbre, au poids et au son, et peut-être à l'odeur.

L’écureuil commence une première récolte de noix vertes fin août, puis une seconde en septembre. Il cale entre ses dents les noix vertes attachées par deux.
Il affectionne aussi les glands de chêne, les faines de hêtres, les samares de charme et d'érable, les châtaignes, les pignons et les champignons.

En Septembre, la récolte donne lieu à des aller-retours incessants dans la canopée, des danses mathématiques au sol, des cachettes pérennes dans les troncs creux, les nids, les terriers et sous les rochers. Une fois les coques ouvertes sur l'arbre, environ fin septembre, il mange les noix mûres sur place, seul ou en duo, et se cache si nécessaire dans le lierre sur le tronc.

26 juin 2017

Cultiver avec les Chenilles


La Lépidoptérie, l'étude des lépidoptères - papillons, recense 7000 espèces de papillons en Europe dont 5000 existent en France... soit, tout autant de variétés de chenilles. Les ouvrages sur les "jolis" papillons sont innombrables, mais sur les chenilles ? Je suis pourtant bien plus fascinée par la vie des chenilles que la parure du papillon. Le rôle écologique des chenilles dans les prairies, les haies et les forêts est essentiel à l'équilibre de la vie du sol.

Les ouvrages sur les "jolis" papillons sont innombrables, mais sur les chenilles... ?

Voici une ébauche de l'article "Cultiver avec les Chenilles" de mai 2015.... bientôt de nouvelles infos concernant la régénération du sol grâce aux chenilles.

1 janv. 2017

Le biotope du poirier


poirier domestique



tronc d'un poirier sauvage centenaire
(au moins ! ) trouvé en cote d'or
Le poirier sauvage, pyrus pyraster, partage le même biotope que le poirier commun, pyrus communis. On le trouve dans les forêts de chênaie-hêtraie claires, comme le pommier sauvage. Le poirier est intimement lié au Chêne.

Le poirier préfère les expositions bien ensoleillées et tolèrent des sols plus secs que le pommier. Le pommier des bois préfère des sols un peu plus humides, profonds et mi-ombragés.

Dans une clairière ou un bois clair, les poiriers se développent plutôt en lisière extérieure, du côté sud, sud-est; et les pommiers juste à côté ou derrière, en lisière intérieure. Il pousse aussi en isolé au milieu des éboulis rocheux, avec quelques germandrées, ronces, poacées (brachypode, mélique, canche) et fougères.

Le poirier pousse toujours en compagnie des chênes, directement près de son tronc (entre 0 à 2m) ou dans son système racinaire périphérique. Les jeunes plants dépérissent aussitôt dès qu'ils sont déconnectés du réseau du chêne et laisse supposer des ponts mycorhiziens vitaux pour le développement et la santé des jeunes poiriers en particulier.

fleur de poirier sauvage - les pétales blancs, les étamines noires, les feuilles lisses, vertes foncées et pointues
les distinguent des fleurs de pommiers, aux pétales rose et blancs, aux étamines blanc crème voir jaunes,
aux feuilles larges, rondes et velues en dessous.
La plantation simultanée de Poiriers, de Pommiers et de Chênes garantie l'équilibre et la vitalité d'un verger de pyrus (poiriers, nashis) en agroforesterie. 

Les baies, les fruits à surmaturation, les arbres à coque,  les aromates de type sauge et labiées en général, les liliacées et les bulbes en général,  forment des associations végétales optimales dans une plantation étagée de poiriers.

Le peuplement peut être enrichi de nombreuses variétés de rosacées, à toutes les strates ligneuses (lianes, arbrisseaux, fruitiers, grands arbres ), notamment les alisiers, les sorbiers, les pruniers, les merisiers, les cerisiers, les poiriers, les nashis, les pommiers, les cognassiers, les néfliers, les rosiers, les groseilliers...

Le biotope du Poirier est propice à l'arboriculture, aux baies et petits fruits, aux plantes médicinales et aromatiques, à l'horticulture de bulbes, à la sylviculture, à la vannerie, à l'ébénisterie, à l'apiculture, à l'agrosylvopasteuralimse...

Pour plus d'infos sur le biotope du pommier, consultez notre article "Le biotope du Pommier".

LE BIOTOPE DU POIRIER

synthèse (tous biotopes confondus)



GRANDS ARBRES : chêne pédonculé, chêne sessile, alisier torminal, châtaignier, merisier, bouleau verruqueux, tremble, alisier blanc, orme, érable champêtre, charme, frêne, 
ARBRES FRUITIERS : poirier des bois, poiriers commun, pommier commun, pommier des bois, aubépine monogyne, noisetier, néflier, poirier à feuilles d'amandier (sud), amélanchier, cornouiller mâle, cormier, 
ARBUSTES : aubépine, noisetiergenêt à balais*, prunellier, bourdaine, cornouiller sanguin, troène commun, houx, néflier, poirier à feuilles d'amandier (sud), viorne lantane, fusain, cornouiller mâle, viorne aubier, chèvrefeuille des haies, fragon faux houx, 
LIANES : chèvrefeuille des bois, lierre grimpant, églantier, tamier, clématite vigne blanche
GRIMPANTES : rosiers sp., 
HERBACEES : germandrée scorodoine, mélampyre des prés, pulmonaire à feuilles étroites, pulmonaire à feuilles longues, peucédan de france, millepertuis élégant, stellaire holostée, phalangère à fleurs de lys, lys martagon, hélébore fétide, anémone hépatique, orobanche du lierre, muguet de mai. 
POACEES : canche flexueuse, avoine de thor, mélique à une fleur, brachypode des bois (obs), brachypode des prés (obs), laîche des montagnes, mélique penchée, fétuque hétérophile, 
FOUGERES : fougère aigle, fougère felix mas (obs) 
NFP : genêt à balais.
COUVRESOL : lierre, anémone des bois, stellaire holostée, canche flexueuse, 
CHAMPIGNONS : hôtes du chêne et des fagacées en général (cèpes)

plantes compagnes fidèles, plantes compagnes socio-écologiquement similaires, (obs) - observation de terrain récurrentes en Bourgogne.