2 juil. 2014

Le biotope des tomates

Dans nos potagers et nos cultures maraîchères, nous cultivons des variétés quasi exclusivement du
sud de la Méditerranée, du Maghreb, du désert Africain, d'Amérique du sud voir du continent Indien. La méditerranéen est donc la région de culture privilégiée de ces variétés de fruits et de légumes. Aujourd'hui, certaines de ces espèces s'acclimatent et se naturalisent en France dans les zones rudérales. Et on aimerait bien les cultiver ailleurs, dans de bonnes conditions, en créant des microclimats adaptés. Comment rassembler ces conditions optimales?

Les remblais, les décombres, les bords des chemins, les zones agricoles en friche ont un point en commun: des sols perturbés, rocheux, siliceux, pollués voir brûlés par la soleil ou les feux.

Partout où l'on retrouve un microclimat anthropisé rassemblant ces caractéristiques, la tomate est susceptible d'y pousser. Vous pouvez vous en inspirer pour vos buttes.

Partons à la découverte des biotopes rudéraux des solanacées de France. Cela couvre des zones brûlées par le soleil jusqu'aux bordures forestières fraîches et humides.

De belles associations spontanées ou naturalisées nous permettre de diversifier la biodiversité de nos potagers, peut-être plus enclin à des variétés nord européennes, russe, chinoises ou canadiennes.



ETUDE DE CAS de LA TOMATE
Pied de tomate en zone rudérale
phytotype de la tomate, solanum lycopersicum.

ARBUSTES: douce amère, osier pourpre.
HERBACÉES: chénopode blanc, arroche hastée, amarante réfléchie, renouée poivre d'eau, ortie, chénopode polysperme, grand plantain, salicaire commune, vergerette commune, armoise commune, armoise citronnelle, bident tripartite, laiteron piquant, chénopode à feuille d'obier, roquette jaune, chénopode des murs, pourpier maraîcher, morelle noire, renouée à feuille d'oseille, séneçon commun, plantain lancéolé, pissenlit, arroche de Tartarie, pyrêtre rose, barbarée commune, stellaire aquatique, mauve sylvestre, renouée persicaire
GRAMINÉES: orge des rats, agrostis géante, sétaire.
COUVRE SOL: renouée des oiseaux, pourpier maraîcher, stellaire aquatique, renouée persicaire, 
NFP: -
PLANTES ANALGÉSIQUES: grand plantain, ortie, renouée des oiseaux, les renouées sp., plantain lancéolé, mauve sylvestre, saule rouge.

Le biotope de la tomate semble être rudérale, nitrophile, humide mais thermophile et drainant.

La tomate solanum lycopersicum pousse dans un forte densité de chénopodiacées - dont les amarantacées, d'astéracées et de polygonacées: 45% des plantes compagnes discriminantes de ce milieu appartiennent à ces trois familles. Et aussi d'autres solanacées (8,5%). D'autres familles de plantes compagnes sont les brassicacées et les plantagonacées à 7% respectivement; les urticacées, les lythracées, les protulacées, les malvacées et les salicacées à 3%.

Les tomates s'associent fidèlement au chénopode blanc à 53% et à la renouée des oiseaux à 50%.

Les tomates font partie des plantes minoritaires de ce biotope. En moyenne sur un km², 100 hectares, les tomates représentent moins de 10% de la végétation et seulement 25% au maximum (abondance-dominance 1-3). Il y a seulement 32 référencements de tomates en  France dans la banque de données SOPHY. Ceci s'explique principalement par le fait que la tomate est une espèce indigène, qui se reproduit spontanément là où elle a déjà été cultivée, dans les potagers, les déchetteries de déchets verts, les remblais. Il est donc important de souligner qu'on dispose de peu de données pour établir un diagnostic fiable, mais qu'on dispose plutôt d'informations.

Les espèces dominantes du biotope sont largement représentées par les Polygonacées et les Chénopodiacées, avec une présence supérieure à 10% minimum pour chaque espèce (abondance 2-6).
(*seuil d'abondance dominance 1=>10%, 2=<10%, 3=<25%, 4=<50%,5=<75%,6=100%).



Les espèces d'herbacées qui poussent avec les tomates sont bio indicatrices d'un sol cultivé argilo-sableux riche en azote bio disponible. Cet azote s'accumule dans l'environnement grâce aux résidus provenant de l'activité humaine, urbaine et argicole, et aussi par l'accumulation de matière organique riche en azote. Les orties, les pissenlits, les chénopodes, les brassicacées, les amarantes sont des plantes bio accumulatrices d'azote dans leur feuillage.

La majorité de ces plantes sont riches en calcium, en potassium, en magnésium, en sodium, en fer, en provitamine A, en vitamines B2, PP et C. Les astéracées comme l'aunée et le tournesol concentre le cuivre ce qui permet de réagir avec les pollutions d'anions aluminium responsables de putréfaction due à l'hydromorphisme et/ou au compactage des sols. Pour plus d'infos, voir l'article sur "L'électropermaculture: cultiver avec les ions".

Ces sols, lorsqu'ils sont compactés, ont souvent des carences en calcium et en potassium, qui sont bloqués dans le sol; les végétaux aident donc à extraire ces minéraux et à les faire circuler en créant un mulch en surface: ils réactivent l'humus.

Les brassicacées contiennent en plus une huile essentielle soufrée qui est antiseptique et stimulante. Ils sont riches en thiamine qui aide à assimiler les protéines végétales pour les transformer en sucres assimilables. Les renouées sont particulièrement riches en acide oxalique. Le saule est riche en acide salicylique et en acide jasmonique, capable d'activer des enzymes protéinées de défense contre les virus, les pathogènes et les autres agressions. Pour plus d'infos à ce sujet, consultez notre article sur "Les stratégies immunitaires des plantes". D'autres plantes sont stimulantes comme l'ortie et la salicaire.

observation de terrain
dans une décharge verte


 
Les plantes écologiquement similaires à la tomate.
Ces suggestions de plantes fidèlement associées à ces espèces de la famille des Solanacées, permettent d'adapter les associations et de les diversifier. En combinant les plantes écologiquement similaire de la tomate et de la morelle noire par exemple, on élargie donc le biotope de référence à ces espèces (à adapter selon le degré d'humidité de votre sol).
Nous devons augmenter ces références avec les plantes compagnes de l'amarante réfléchie et du chénopode blanc (en cours).



ARBRES: tremble, peuplier.
ARBUSTES: saule pourpre,
HERBACEES: grande ortie, petite ortie, chénopodes sp., arroches sp., amarantes sp., galinsogas sp., bident tripartite, vélar fausse giroffle, roquette jaune, ravenelle, bourse à pasteur, barbarée commune, renouées sp., cresson d'islande, asperge, fumeterre, vergerette du Canada, matricaire inodore, salicaire commune, armoises sp., ambroise, pissenlits sp., sonchus sp., laiterons sp., séneçon sp., liserons sp., pyrêtre rose, mercuriale, euphorbe réveil-matin, mauves sp., pensées sauvages, stellaires sp., petite linaire, digitaire filiforme, véronique commune, xanthium orientale,
GRAMINEES: orge des rats, panic pied de coq, sétaires sp., digitaire sanguine, agrostis géante, pâturin, folle avoine.
COUVRE SOL: renouée des oiseaux, pourpier maraîcher, amarante couchée, corrigiole des grèves, plantain lancéolé, grand plantain, veronique commune, mourron rouge, liserons sp., petit linaire, digitaire filiforme,
NFP: -

Ce sont exactement ces espèces que nous avons pu observer sur le terrain dans la chênaie-hêtraie en Bourgogne.

Vous pouvez donc opter pour le biotope de référence d'une autre espèce qui partage des caractéristiques écologiques similaires. Les espèces soeurs de la tomate sont : le chénopode blanc, l'amarante réfléchie, le renouée des oiseaux, l'arroche hastée, le renouée persicaire, la renouée poivre d'eau, la galinsoga, le plantain, la vergerette du Canada, l'armoise, le pourpier et la morelle noire.

Élargissez au fur et à mesure selon la flore existante sur votre terrain et vos souhaits de culture: biotope du chénopode, des amarante, des renouées, de la morelle noire etc. Soyez aussi précis que possible; un microclimat peut se limiter à quelques mètres carrés.

Pour les fixateurs d'azote par exemple, vous pouvez intégrer des arbustes fixateur d'azote des zones rudérales comme l'argousier, le mimosa, le robinier faux acacia, l'olivier, les genêts, les eleagnus... ou encore par une herbacée fixatrice d'azote, le mélilot officinal, la luzerne cultivée, la gesse, les vesses, les pois ou les haricots, selon la qualité de votre terrain. Il existe une variété de gesse tubéreuse comestible.

Le saule produit aussi des huiles essentielles médicinales anti inflammatoires, drainantes et cicatrisantes comme l'acide salicylique (aspirine). Une autre plante qui en contient à forte dose c'est la reine des prés, qui continet de la p-courmarine essentiel à l'activationd es gènes de défenses immunitaires chez les organismes vivants, et apprécie les milieux humides héliophile et thermophile avec beaucoup de BRF.

Pour les graminées, elles dépendent surtout du terrain; vous aurez donc plus de chance de trouver une graminée fidèle à la composition de votre sol. En zone rudérale tempérée, nous avons trouvé beaucoup de panic pied de coq et d'agrostis par exemple car la zone rudérale où nous allons a un sol plutôt calcaire et sec. Il est possible de cultiver du millet, du sorgho, du maïs, du sarrasin et du lin.

Cette démarche de phytosociologie appliquée s'inscrit dans la continuité et le respect des stratégies d'évolution des plantes. Elle est en phase avec le principe fondateur de la permaculture qui est: "Travaille AVEC la Nature, et non contre Elle". On n'impose pas tel arbre fruitier, ou on ne transforme pas tel sol donné; on s'adapte avec intelligence et bon sens pour essayer de créer des conditions favorables, adéquates et efficientes.


Applications en permaculture
C'est un véritable potager sauvage! Vous pouvez décliner à loisir ces associations de légumes feuilles et légumes racines en respectant la biodiversité du spectre global de la tomate, qui est un légume fruit. L'ensemble de ces plantes représentent une harmonie sur les 4 saisons.
Voici la butte rocheuse rudérale dans le jardin urbain. Elle a été constituée avec les excédents de terre sous la dalle béton d'origine et les remblais de construction de la maison après les travaux.

Ce jardin urbain est au nord, il est clos et exposé sud, mais le soleil en hiver ne passe pas au dessus du fétage, c'est donc une zone ombragée et humide, mais héliophile en été, surtout l'après-midi et le soir. Pour favoriser la lumière nous avons peint les murs en blanc cassé; les longueurs d'ondes courtes stimulent la fructification et la maturation des fruits, bien plus que la chaleur.

On a aménagé la butte avec des pierres de bourgogne pour accumuler la chaleur au niveau du sol. Les pierres proviennent des ouvertures dans les murs de la maison. Le muret est monté comme des tas de pierres sèches, sans mortier, pour aider le drainage et l'aération, et permettre aux animaux auxiliaires de venir y nicher, comme les lézards, les musaraignes, les araignées, les escargots, les limaces.

Toutes les graines proviennent de récoltes précédentes et de cueillette sauvage. Nous avons laissé pousser les plantes spontanées.

les plantes rudérales spontanées:
Car les travaux et la constitution de la butte ont levé la dormance des plantes rudérales comme: l'arroche hastée, la moutarde sauvage, le pourpier maraîcher, la stellaire étoilée, aussi doux que de la mâche et pousse toute l'année, excellent comestible cru ou cuit, doux, gras, très riche en protéines et en acide oxalique qui lui donne son goût citronné, le laiteron maraîcher, excellent légume feuille cru ou cuit, la galinsoga, cru ou cuite, une des plantes les plus riches en calcium (410mg/100g) et en fer (14mg/100g) et d'autres vitamines, le pissenlit, excellent comestible dépuratif au printemps et très prisé par mes chiens, la lampsane, la laitue sauvage, la laitue des murailles, la picridie, le liondent d'automne, comestible, la piloselle, plante compagne, le séneçon commun, plante compagne essentielle, mais non comestible (très toxique), la morelle noire, une autre solanacée toxique (seules les baies noires bien mûres sont comestibles cuits, en petite quantité), le mouron rouge (toxique). Ces espèces toxiques ont des propriétés sudorifiques ou analgésiques mais cathartiques chez les mammifères!

les plantes rudérales rapportées:
J'ai complété ce florilège par des plantes sauvages des zones siliceuses, des bords des chemins en forêt et des zones en friche: le tussilage, les carottes sauvages, la chicorée, les amarantes réfléchies, un framboisier sauvage d'Auvergne, de la renouée poivre d'eau, du lotier corniculé, des mauves sylvestres, de la guimauve, de l'oseille sauvage, des grands plantains et des plantains lancéolés.

les plantes cultivées:
Côté plantes cultivées, j'ai choisi des amarantes (3 variétés), des tomates (3 variétés), des physalis, du pourpier, des carottes (2 variétés), des daikon (2 variétés), des navets (2 variétés), des radis (2 variétés), de la mâche (2 variétés), des épinards, des épinards fraises, des tétragones, de la menthe (2 variétés), de la bourrache (riche en potassium et en calcium), des oeillets des montagnes (idem), du thym, de la sarriette, de la mélisse, du basilic (2 variétés), des haricots (5 variétés) en plus des plantes sauvages comestibles.


nouvelle expérimentation 2015 en cours
régénération du biotope de l'artichaut, du brocoli et de la tomate






Pascal Poot, est l'initiateur du conservatoire de la tomate.
tomates - image Kokopelli.
Une des associations surprenantes peut être de diversifier les variétés de solanacées de la famille des tomates. Il existe 1700 espèces de solanacées, dont plus de 1600 variétés de tomates, tomatillos et tomatines. Il existe 87 espèces d'Amarantes, 3200 espèces de brassicacées, . Les lythracées, qui sont les variétés des myrtales des pays froids, comme cultiver des châtaignes d'eau (trapas natans et trapas bicornis; la variété chinoise eleocharis dulcis appartient au genre cypéracées).

Un Permaculteur dans le Var développe des systèmes de cultures sauvages



Composer avec les plantes prolifiques
Une des plantes préexistantes était l'envahissante renouée du Japon. Il s'avère que c'est une plante rudérale qu'affectionne les tomates. Elle fournira aussi des tuteurs pour les pieds de tomates et les haricots. Elle est en plus comestible et très bonne! j'adore son goût de citron, du à l'oxalis qu'elle contient et me sert de substitut dans de nombreux plats.

Au bout d'un an ou deux, les renouées ressemblent à des bambous pourpres; elles sont également extrêmement mellifères! On cherche souvent à lutter contre.

Il est vrai que lorsqu'on lui laisse le champ libre, elle va tout envahir et déloger les espèces locales.

Lors des travaux, nous avons cassé la dalle béton pour créer un jardin avec du gazon. Les deux années de taules ont limité sa fructification mais on stimuler le développement rhizomatique des renouées! Aïe, l'erreur. Au premier rayon de soleil, c'était pire qu'avant.

Comme pour les ronces, plus vous les coupez, plus vous stimulez leur système racinaire qui contient...  une hormone de croissance! (Vous pouvez d'ailleurs l'extraire des excroissances racinaires encore blanches et l'écraser dans un mortier, y ajouter de l'eau de pluie, puis la filtrer: cela vous fournira un excellent booster de croissance pour vos semis et votre compost EM (micro organismes efficaces).

Ce qui fait que notre gazon s'est retrouvé concurrencé par la renouée. Après deux semis de gazon, le système racinaire de la renouée était étouffé dans le jardin, mais la renouée n'est qu'en dormance! Elle peut rester ainsi des dizaines d'années; elle est quasiment indélogeable. Les collectivités et les sociétés d'autoroutes ont du mal à lutter contre.

Comment cultiver avec la renouée du Japon? Il s'agit de la canaliser: étant une plante compagne très bénéfique pour les tomates, tant dans le compagnonnage qu'entant que tuteur, et qu'elle est en plus comestible, j'ai laissé quelques pousses réémerger au niveau de la butte. Je cueille les autres pousses au fur et à mesure pour les consommer.

Leurs jeunes feuilles comme les jeunes fragons sont comestibles. Leur saveur acidulée et citronnée en fait un excellent légume cru ou cuit. Ce légume feuille fait partie de la cuisine traditionnelle au Japon. Précautions: il contient de l'acide oxalique donc à éviter pour les personnes sensibles des reins ou les femmes enceinte car il est abortif.
bobun végétarien au tofu
(les feuilles de renouées blanchies sont vertes pâles)
elles se consomment aussi crues en salade.
Pour réguler et éviter sa propagation au niveau du voisinage, je les laisse fleurir mais je limite tant que possible la montée des graines. Le miel de renouée est parait-il excellent. Je les récolte pour en faire des boules pour les oiseaux l'hiver. Et lorsque les cannes sont trop imposantes je les broie pour en faire du brf pour la butte. Génial, car je manque de matière acrbonnée pour en faire. C'est tout bénéf!

ATTENTION: Réalisez ce compagnonnage QUE SI la plante est déjà présente. Elle est classée parmi les espèces envahissantes et elle est interdite de semis dans la directive habitat.




autres ref
http://www.montlhery.com/tomate2.htm
http://semences-partage.net/viewtopic.php?t=6939
la morelle noire toxique
http://www.jfdumas.fr/La-morelle-noire-Solanum-nigrum_a138.html
la douce amère toxique
http://tomodori.com/forum/topic10453.html
http://forme-tisane974.skyrock.com/2838578306-FICHE-N-2-La-tomate-poc-poc-antioxydant-naturel.html
http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/09/tomates-sans-eau-ni-pesticide-cette-methode-fascine-les-biologistes-257958